Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • C'est tendance ...

    brigitte gilet jaune.jpg

    09/12/2018.

      No comment ! , Sans commentaire !

  • Merci

    14-18.jpg

    11/11/2018.

    Je me permet de retranscrire ci-après un texte émanant de Michel Lefebvre , Conseiller départemental du canton de Denain. En dehors de tout clivage politique, ce propos me paraît être aujourd'hui un appel à la mobilisation générale pour agir pour la paix. Nous avons tous un rôle à jouer dans ce combat.

     

    Paul Valéry disait : «  La guerre, c’est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas  ».

    Cette citation doit nourrir la réflexion collective afin que les folies meurtrières cessent. La racine des conflits réside dans le maintien d’un système économique dont l’objectif est de défendre la spéculation financière. Les armes n’apportent pas de solutions mais créent des conflits nouveaux et pires.

    Au moment où on célèbre le 100e anniversaire de l’armistice, la France augmente ses crédits militaires. Au plan international 1800  milliards de dollars sont consacrés chaque année aux dé- penses militaires alors qu’il faudrait 267 milliards pour stopper la faim dans le monde.

    Nous avons la liberté de réunir dans notre mémoire collective, tous les combattants quelle qu’ait été leur destinée. Autorisons-nous un hommage unanime, respectueux et apaisé ainsi qu’un espoir pour tous  : Agissons partout pour la paix, celle qui s’enseigne sans que le sang saigne. Agir pour la paix, c’est vivre en- semble avec ses différences et passe par la construction d’une société de solidarité, d’amour, de respect et de générosité.

    Victor Hugo déclare un jour, « vous voulez la paix, criez l’amour ».

    Ces objectifs dépendent de nous et des choix politiques au plan local, national et international. 

    Michel Lefebvre ,Conseiller départemental du canton de Denain.

    Source du texte ici

  • l'homme de fer . . .

    rich richer.jpg

    23/09/2018:

    Je vous invite à lire et méditer  cette lettre parût dans la revue de la  GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE.

     

    Macron, le Thatcher français

    Plan santé et plan pauvreté, nul n’y a vu un virage social. Au contraire ! Même Le Figaro observe que l’axe central de Macron, c’est : « la tendance à concentrer de plus en plus les bienfaits et les effets de la protection sociale sur les plus fragiles. Et donc à s'éloigner du modèle de la Sécurité sociale de l'après-guerre, conçu d'abord pour couvrir tous les salariés, puis l'ensemble de la population française ». Il s’agit d’aller « vers un système ressemblant à celui des pays anglo-saxons » (1) 

    Des personnels hospitaliers en souffrance

    Le plan Santé dévoilé par Macron ne répond en rien à la crise aiguë de l’hôpital public. Sous prétexte que le système de santé ne souffrirait pas « d'un sous-financement mais d'un handicap d'organisation » , le plan Santé ne prévoit que 400 millions de hausse des dépenses de santé en 2019 à mettre en regard avec les 800 millions d’euros d’économies non prévues demandées en 2018 à l’hôpital, qui ont été basculées vers la médecine de ville. Bref, les personnels des hôpitaux publics n’ont pas fini de souffrir.

    Le président des inégalités

    Ce n’est pas avec le plan de Macron que la pauvreté sera réduite. On ne peut bien sûr qu’être favorable à des petits-déjeuners dans les écoles…sans doute à la charge des collectivités ! Mais le RSA, outil majeur de lutte contre la pauvreté, ne va pas augmenter ! Le Président des riches poursuit son objectif : changer de modèle social. En envisageant un revenu universel d’activité, fusion des minima sociaux existants, il veut contraindre les bénéficiaires à signer un « contrat d’engagement réciproque » , et ils ne pourront refuser plus de « deux offres raisonnables d’emplois ou d’activité ». Toujours cette vieille idée réactionnaire, largement mise en œuvre en Grande Bretagne, que les pauvres peuvent s’en sortir en faisant des efforts. Quant au financement du plan, il est largement payé par ceux qui sont « un peu moins » pauvres, par exemple par la baisse de la valeur réelle des allocations sociales et des pensions pour environ trois milliards. Les riches, les ultra-riches eux sont toujours épargnés. Et 38 milliards d’euros, soit près de vingt fois le montant du plan pauvreté, vont être versés au titre du CICE et des baisses de cotisations l’an prochain aux entreprises. La politique de Macron est donc plus que jamais une machine à creuser les inégalités (2.)

    Le sport au régime anglo-saxon

    Même dans le sport, qui compte dans notre pays 16 millions de licenciés, Macron veut imposer le modèle anglo-saxon. En confirmant la perte de statut de fonctionnaire du personnel aux 1600 conseillers techniques sportifs (CTS) , en demandant aux fédérations de les payer (seules les plus riches le pourront) , le gouvernement met en œuvre ce qui a entraîné en Grande-Bretagne une baisse du nombre de personnes pratiquant un sport, et « certains sports y sont à l’agonie pendant que d’autres fédérations roulent sur l’or » (3.)

    L’urgence du rassemblement à gauche

    Macron est dans les pas d’un Reagan ou d’un Thatcher. Le néo-libéralisme est une vieille politique au service des détenteurs du Capital. 

     (1) Cécile Crouzel Le Figaro du 16 septembre 2018

     (2) Romaric Godin Mediapart 13 septembre 2018

     (3) L’explosion programmée du sport français Clément Guillou Le Monde du 20 sept